Agir pour les classes citoyennes

  • Question à nos gouvernants (Défense, Education Nationale…)
  • Question à nos députés et à nos sénateurs
  • Question aux responsables des organismes d’accueil des Volontaires du Service Civique
  • Question aux jeunes actuellement en Service Civique

L'Edito du 22 février 2018

Patrick TessonFaisons simple à défaut de réussir à faire compliquer

Pouvoirs législatif et exécutif semblent d'accord a minima pour le nommer "Service National Universel - SNU".
Ils semblent aussi d'accord sur  son objectif : développer l'esprit de défense, renforcer les valeurs de la République dans la jeunesse et permettre la mixité sociale.

Mais comment lui donner vie ? Là sont les questions reflétant bien des désaccords : militaire ou non ? Obligatoire ou pas ? Dans un parcours citoyen déroulé sur les années scolaires et d'étude, ou concentré sur un ou deux trimestres ? En internat ou non ? Coût : restriction budgétaire ou priorité nationale ?

Et si le dispositif acceptable par tous existait déjà ! S'il suffisait juste de lui redonner son sens et sa place !

Pouvoirs législatif et exécutif ont en effet déjà créé un dispositif suffisant, avec une loi de 2010.

.../...

 

Un dispositif qui répond totalement à la question d'aujourd'hui : comment éduquer la jeunesse à l'esprit de défense tout en lui permettant de jouer un rôle effectif au service de notre pays ?

Il suffirait de l'appliquer pleinement, et particulièrement de faire obligation à tous les volontaires du Service Civique de suivre une formation civique et citoyenne.

On l'a compris, il s'agit du SERVICE CIVIQUE UNIVERSEL.

Celui-ci relève du Service National. Il vient du Service Civil mis en place en 1963 par le Général de Gaulle pour y  "accueillir" les objecteurs de conscience au Service militaire :

  • "Universalité" : c'est l'offre actuelle du Service Civique
  • "Engagement" : bientôt 150 000 volontaires pour cette année ; une progression régulière qu'il suffit d'encourager, sans tomber dans le piège de l'obligation.
  • "Dans la durée" : des missions de six à neuf mois actuellement offertes ; à multiplier.
  • "Une formation civique et citoyenne" : une obligation pour les organismes d'accueil ; délaissée jusqu'à maintenant.
  • "Parcours citoyen" : au collège puis au lycée ; à renforcer.
  • "Brassage et mixité sociale" : l'accueil en internat dans des ACADEMIES REPUBLICAINES permettrait de répondre à cette demande sur le terrain ; la durée proposée actuellement de 10 jours pourrait, si nécessaire, être progressivement allongée.
    Les CLASSES DE CITOYENNETE, assureraient donc le volet formation avec les Académies Républicaines, son concept a évolué depuis 8 ans ; il répond fondamentalement à la demande publique d'aujourd'hui !

Pouvoirs législatif et exécutif peuvent tomber d'accord avec ce dispositif qu'ils ont sous leur nez.

Qu'ils l'adaptent pour l'adopter !

Faire simple pour réussir :

  1. Donnons sa vraie place au Service Civique Universel, renommons-le SNU s'il le faut
  2. Appliquons la loi de 2010, avec son volet formation à la citoyenneté
  3. Encourageons les adhésions en les valorisant
  4. Acceptons une montée en puissance sur quelques années pour lancer et améliorer la formule, ce qui permettra aussi d'étaler les budgets d'investissement et ainsi de les rendre plus acceptables par tous.

Patrick Tesson
Février 2018

Copyright© 2018 Classe de Citoyenneté . Conception/Réalisation : www.jerome-devaux.com